a

Ma vie au village - 99

J'en viens au bout, étant foiré, presque vidé par le village, alors que c'est infini. Un minulle peut-être, traverse les fumées, le son de caisse claire des cris. Vers les sciages percute le bois de grume, cogne ou la terre ou les chaînes en acier, clave dans le cours de la musique, et sur la route derrière qui chantourne grincent sous les poids le multiple essieu, les lames d'un ciel éteint. Cet incessant bruit de genèse. Quand tout n'aspire qu'à sa fin.

Je n'irai plus au rocher sur qui l'on érige des portes et dresse des linga.

8 commentaires:

  1. la musique des mots nourrit mes insomnies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. donc toi aussi tu ne dors pas... c'est la musique pour moi qui cette nuit, Reich, Glass.et Prat

      Supprimer
  2. la musique des mots accompagne mon réveil
    et pourtant le rocher..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le rocher, j'irai d'une autre manière, invisiblement

      Supprimer
  3. Les mots en musique, du rocher, me transperce ... n'arrêtez pas !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ils ont sacralisé ce lieu qui ne demandait rien, seulement de pouvoir vivre de sa propre vie... je continue, sans savoir pour où ni comment.

      Supprimer
  4. Mais où mène donc cette route qui chantourne ?
    J’irais bien m’y promener et y chantonner 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. grande question, sans doute à soi-même, par tant de détours...

      Supprimer