a

86 de Ma vie au village et 10 du glossaire incertain

Ne suis-je plus qu'une ombre sur la véranda à qui l'on porte un peu de pitance, du gésier de poulet, une silhouette qui s'efface, ou comme une forme humaine en peinture chinoise assise au bord de l'eau. J'incruste encore le papier, une main me grattera la face au couteau.

Sommeilleux dans l'immobile à guetter l'occasion, le voyage, et demeurant souvent sans rien attendre, je pars du récepteur organique, de sa fixité mouvante. L’œil reçoit ce qu'il regarde, puis la vision se forme à l'intérieur de lui. Que dit le devant moi, à portée, je l'ignore. Peut-être est-il en nous un autre que le langage humain, un secret parler comme celui des choses, des plantes et des bêtes, communiquant avec l'immensité ou le plus petit rien, la luciole d'hier au coin de la fenêtre, la blancheur minuscule d'une fleur de gramine. Lâcher les mots pour cet idiome, sa fluidité. L'image de la vision, alors en l’œil, est une voix. Je l'écoute qui ne parle pas, je la regarde aussi, je m'étonne. 

2 commentaires:

  1. "Peut-être est-il en nous un autre que le langage humain, un secret parler comme celui des choses, des plantes et des bêtes, communiquant avec l'immensité ou le plus petit rien, la luciole d'hier au coin de la fenêtre, la blancheur minuscule d'une fleur de gramine."
    Comme ces mots parlent bien ... de ces autres mots qui sont bruissement de vie, partage des palpitations de l'être dont nous sommes un épars.
    L'exil du paradis c'est
    devenir sourd à cette voix plurielle
    en
    et hors nous.
    J'aime beaucoup ton texte
    il bruisse
    dans et au-delà de ses mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Luc,je pense aussi que la surdité du monde, de chacun en lui, nous exile, comme tu le dis, de la vraie vie dont Rimbaud disait qu'elle est "absente".

      Supprimer