a

Poème d'amour et de Pygmésie (3)


et la mer était
tout le temps là
dans tes cheveux

en ruisseau le long
des filets verts
au creux

des mains qui halaient
le poisson et le cœur
en nous

d'un matin
goût citron
couleur de chair sanguine

puis une auto
nous emmenait
faire le marché

puiser le vent
sur la terrasse
chez Thérèse

jusqu'à pas d'heure
où rentrer se laver
dormir

et cueillir le sel de la nuit

Publié initialement sur le site Les Cosaques des Frontières

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire