a

Ma vie au village - 84

Quelquefois les étoiles sont toutes au-dessus de toi laissant un couloir au peu de lucioles. Tu oublies l'oppression. La vie même. L'interdit. Il n'y a que tes pieds sur la terre. Quelquefois ton œil transperce la paroi des arbres ou l'eau boueuse de la rivière.

Sinon tu rêves informément ce qui te reste à durcir du temps — image contrefaite dans le cercle d'eux, une carte-photo où ne parait ta haine des initiations, la leçon sexuelle et les simulacres d'orgie — tu migres avec l'air de rien sur les ailes d'un papillon noir.

On est debout, là, sans faire, que cracher du colgate sur le jour naissant.

Ou l'on monte à Ngola, dite aussi des collines combien on ne sait pas ni le compte des morts par la corde ou l'arme automatique, et toujours l'abordons à l'heure crépusculaire quand grésille l'amorce des néons. Les vitres s'attiédissent, bientôt le dehors froid, nos reins chauds, des rires parfois, faux éclats conjurant l'hostile, la pub sur les panneaux, slogans de corps trop lisses, cases à galerie qui nous dépassent dont on peine à fixer les formes sous la lampe, roses devantures mannequins rentrés bidons bleu plastique massifs canapés comme des cercueils pour les vivants, la vitesse trompeuse de l'automobile, l'énervement. Le trou que fait la lune dans la sombritude et ma négrité.

façades avec néons la nuit


















Avoir des mots à soi, de langue brute, palais cannibale, qui sentent la peau, les eaux, le trottoir, la mouillure, des mots qu'en marchant on garde dans la bouche, des mantras qu'on profane, moquant la fausse vertu. Puis le car s'arrête, l'auto, alors on est perdu.

vitrines avec néons la nuit


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire