a

glossaire incertain – 6bis7

Toujours les trois dans leur renfoncement, la part obscure, celle de la terre et celle de moi, en trompe-l’œil ; personne ne voit, sinon le passant de la nuit peut-être, qui entre en soi trouver l'insommeil, avec une forme inconnue de joie, et s'il y a des lucioles tombant mortes sur le chemin c'est que l'amour a peur de tout parfois, alors se presse, au sein d'écueils, à distance de qui opprime. Se desserre-t-elle leur étreinte, à quelque heure qu'on ne connait pas, où chacun marche en son endroit, au lieu secret du cœur de l'un, vers des paysages qui brillent ou du sable orangé. Ne sont au fond que deux, l'autre étant la tendresse, jeu de la paume de la main. Les arbres nous comprennent.

trois arbres entrelacés

4 commentaires:

  1. merveilleux texte pour commencer l'année

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Brigitte, espérons qu'elle soit douce à l'amour

      Supprimer
  2. Des phrases comme l'écorce.
    Meilleurs vœux pour là-bas...

    Dominique

    RépondreSupprimer