a

F. S. Ndzomga / résidence - 6


Après la résidence

I

Après la résidence, je continuerai mon chemin en silence, m’abandonnant désormais aux drogues de l’existence. Ne plus repenser le tout-autour, immortaliser quelques scènes profondes du quotidien, ne plus marcher pour cristalliser en soi jours et semaines passés à ruminer le poème. Après la résidence, je me laisserai aller à la vie, prendre la route qui se présente, le moyen de transport — moto ou taxi — que l’heure et le temps offre, sans distinction, sans discrimination. Dans un sens je deviendrai global, parce qu’il y a quelque chose de pénible dans la particularité.

II

S’il est dit que la ville a des artères, c’est probablement pour qu’un ignoble meurtrier les sectionne violemment.

Vestiges

Comme si bâtir était la limite à ne pas franchir, la ligne rouge qui fait écho au sang qui coule pour vestiges.

Comme si nous étions réduits à ce Rio, cette arrivée en côtes de quelques lumineux étrangers.

Comme si la culture elle-même nourrissait cette constante envie de reculer, de perdurer absurdement, de ne rien laisser à son départ.

Comme si l’exil était la seule issue pour respirer.



  © Franck Stéphane Ndzomga, 2016
  blog de Ndzomga :  Camisole et mots
  illustration : Kmo
  Des résidences d'écriture numérique, webassociation des auteurs

2 commentaires:

  1. Les immeubles de fin sont aussi des résidences...

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer