a

glossaire incertain – 2

Sur le côté, peau dure de carène qu'on ne radoube plus, de ces navires sans voyages qui guettent le départ d'autrui et puisent à cette tristesse du fond, l'exil, ou l'engouffrement sur des îles de chairs qui ne reviennent jamais, misaine des latrines à l'heure où le contrebas frise son crépu de métis anémié, ses pendeloques rousses, ce qui chute poussière sur le sol fatigué et l'ombre des marguerites, sa couleur vieux-banc frotté par la sueur et puis le tissu des fleurs crème, la bourse beigeâtre de ses fruits, son port qui s'émiette, le bruit d'échouement sec des barques embrûlées qu'il jette sur la terre quand il entend gémir dans la cuisson des cales. A son pied le passage pour gibier qui sent le lisier, l'urine, mène à des cours désertes où dort le passé.

tek

2 commentaires:

  1. regard sépia, cette couleur rongée du gris de temps, le même qui brosse nos cheveux

    RépondreSupprimer