a

Jolo #5 - vivre en avant de la mort

Dans son enclos la dinde tremble
tel l’homme frissonnant de sueur sur la place
quand les regards se fixent aux chevilles tendues,
les oreilles aux battements sourds des peaux,
que le rythme ceint les reins de l’étreinte du son
des tambours et du fracas des mains
et que l’huile exsudée des nuques coule à terre,
l’homme mimant le feu dont les ventres s’emparent,
ses bras comme la roue de l’oiseau dans le soleil vif.

Nous attendions. C’est vivre en avant de la mort.
Un corps attendait sous son tertre d’humus
que son nom fut inscrit au zénith de ses os.
Tu traversas l’attente comme un poulain dans une palmeraie,
dressant son front vers la lumière entre les coques ivres de lait.
La mère étant à la machine, à piquer dans la toile le fil de ses mots,
inquiète comme la poule quand plane l’épervier.



Jolo (prononcer diolo) dans la langue des Bhétés de Côte d’Ivoire signifie bienfait, bénédiction, ce que l’homme recherche sur la terre.

Dagodio 1998 - Batouri 1999

1 commentaire: