a

Jolo #3 - le masque de l'oiseau

Jolo. Enfant de l’arbre ! La dinde dans son enclos
froisse ses plumes d’épileptique et son pas de danseur
s’arrête près des rivages de la mer. Quel est le monde
au-delà des nasses de l’homme lagunaire ?
Quelle est la terre et ses gouffres ?
Le masque de l’oiseau répond en de rouges emphases.
Ses glouglous scandent le vol des insectes,
la note basse des mouches sur le flanc des maisons.

Nous attendions sous l’auvent de livrer à sa tombe
la dalle d’un mort gisant à deux doigts de la piste.
Jolo ! Ton sourire traversa la cour monté sur des jambes de poulain
et plongea dans le ventre de la case obscure.
La mère étant sur le côté, à la machine,
cousant ses litanies au revers du tissu,
aux lisières de tes chemises couleur d’alluvions,
glissant son verbe entre les fibres pour que ta peau devienne sûre,
celle d’un homme digne et beau sous le manguier.



Jolo (prononcer diolo) dans la langue des Bhétés de Côte d’Ivoire signifie bienfait, bénédiction, ce que l’homme recherche sur la terre.

Dagodio 1998 - Batouri 1999

2 commentaires: