a

Ma vie au village (..)

Les chiens de nuit flairent le fétiche, la coque de tortue et le flacon plein de liquide haineux (vos rancunes macérant, vos morves maladives), ils hument le fou errant quand un hibou joyeux, léger sur la toiture, confirme en ses hou-hous que je suis sans malice. 

2 commentaires:

  1. assis la nuit autour d'une table, un vin pour délier les langues des humains et la sagesse d'un hibou pour ébouriffer nos rancoeurs...

    RépondreSupprimer
  2. Il est des chemins dont notre pas, notre coeur et notre âme, jouissent à chaque nouvelle rencontre.
    Ce texte en est.
    hou-hous ! (sans malice également)

    RépondreSupprimer