a

Ma vie au village - 9

Donc sur le balan, figés aux heures crépusculaires et n'ayant presque plus d'oiseaux, sommes habitants de la poussière (autrefois je notais la date d'ultime verse mais plus rien), soumis à l'arythmie des formations particulaires, pulvérulés de rouge éteint, ça nous marronne à bout de champ, nous vernisse l'ongle des pieds, poisse la plante, dessique la crosse des fougères, les branchettes de faux-sénés; ou l'on se tient au cercle oblique des fumées qui n'ont plus même l'odeur du bois, font le soleil lunaire, dans le désœuvrement de la terre apostat lui aussi le vent tourne de l'autre côté. Suffit pourtant qu'une grive solitaire, une kurrichane, celle aux flancs roux, trottine sur les feuilles pour sauver le jour d'un désastre mental, de la sécheresse intérieure, donne joie peu mâle il est vrai, n'importe! il y a ce détail qu'on voit quand elle s'approche, striure de la moustache au-dessus du menton. C'est une heure inconnue d'autre-monde où l'on ressemble à des sélénites, là sur la bande, surtout si étant grosse la mère trône en haut, à des spectres argentiques, des ombres pénitentiaires, on a l'allure vacante de regroupés économiques qu'on leur octroit quelques secondes de jour supplémentaires et ça usine au forage (don des Nations Unies), tout à la pompe-à-main, en criant des oui-non, `mbécile, mouffe chien. Sous peu viendront les feux, ceux qui s'allument en brousse.

2 commentaires:

  1. au village --une série qui respire pourtant. qui suit sa saison , le profil poussiéreux de la terre..j'aime . tout de suite entrer dans un paysage comme entrer dans la matière du texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de la matière du paysage faire l'écrit, sa chair

      Supprimer