a

Ma vie au village - 3

Je reste bras croisés, debout, sous les bananiers de Paradis, tendant l'oreille à la sève, aux fibres, aux cordages, au gluant du tronc, là dans l'échancrure de ma ligne, dans mon retrait, le vide de mon retrait, la découpure de mon rien, l'obscur du temps, comme si soixante-mille ans et plus n'avaient pas d'avenir, on reste sans rien faire à regarder passer en bord de plaie les femmes sous le faix, les hommes nonchalants, les enfants au retour de soukoul, le sang de la forêt, les yeux rougis de poussière, les cheveux en savane inondée de lumière, là jusqu'à tombée de la nuit-couteau, vide, heureux de ne pas penser, seulement de voir passer avec indifférence tout ce qu'elle engloutit, ce qui retourne en elle, qui s'engouffre, elle nous plonge, ah ce moment si doux de joie et de tristesse, l'instant de suspension où elle nous trempe, où l'on s'enfonce. C'est horizontal le jour, ça porte le regard à des corps chimériques, animés mais si loin de soi, des corps qu'on n'aura pas pour la violence ou le plaisir, ça conduit à l'hyperchromie des fantasmes, aux céphalées, à des sortes de gonflements d'organes, c'est humain le jour tandis que la nuit. Être là, bras croisés ou assis devant, à se glisser intérieurement entre les couches de chaleur et profiter d'un peu de vent, sans penser, voir déjà les feuilles qui tombent, celles du manguier dans la cour faire leur petit bruit sec, un nid déserté de gendarme roulant au milieu d'elles, écouter le pilon d'appel et le ciel prendre teinte d'acier, on l'aura bientôt sur le front l'éclat de verre, la saison de détresse et d'ennui, la fin des alizés, ça sent les dernières pluies, les plus cruelles à fondre la terre des maisons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire