a

Devant lui


Devant lui l’horizon est en lame de verre
Le rose oblique d’un poinsettia
Des globes verts pendus aux branches
L’œil d’un rapace qui se penche
Le baobab décharné

Sous l’horizon les mots
Grincements d’hirondelles à la gorge striée
Au ventre orange noire ou de fenêtre
D’eau de rire ou d’ennui
Et parfois de douleur
Quand les os sont broyés la nuit
Et les pensées inquiètes

Derrière l’horizon d’autres mots
Ceux qu’il cherche
Dans la terre à faire les briques
Dans la gangue des diamants bleus
Dans les trous du chantier d’or
Où s’ensevelit le sourire autrefois   
D’un homme qui porta des chaînes
D’un homme de peine
Creusant les bords de la rivière
Sarclant le champ lourd de repousses                     
Ôtant les racines amères
Etalant sur la pierre
La matière blanche et noire
La matière des mots
Grincements d’hirondelles
    dans le jour qui s’éteint

(2009)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire