a

Un masque


Le ciel sur la savane
Des jets d'oiseaux fuyant l'orage
La nuque du rocher
Et sa tête penchée vers les pistes

                   L’œil a plusieurs étages

La main chasse la poussière des tempes
Et les mouches sur l'étroit front de pierre
Essaim de souvenirs trop vifs dans l'instant
Toujours des cris lointains
Des paroles
Et des arbres
Et des ombres qui longent la racine des toits
Des cases seules sous les fumées
L'inquiétude inavouée d'un masque qui se repose
Le dos offert à la rumeur du soir

Rocher














confluence



















un rocher du vallon du fruit
parc de la Vanoise
tweet de Lionel André
fleuves & montagnes sans fin

1 commentaire: