a

Matin recomposé


Les pistes entrecroisées
Aiguillent le pas pressé
Des hommes aux pieds de cendre
Il a plu dans la nuit
La chaleur monte lente
L'orbe des milans noirs
Dessine le ciel tendre
L’œil sur la ligne qui serpente
Lève parfois des cailles bleues
Et le paysage s'incline
Tout se conjoint à l'horizon
La terre brune
Les rochers
La parole en sommeil
Les signes envolés



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire